30/08/2012

1971 - Souvenirs d'un participant

Quelques souvenirs du camp d’aout 1971... 41 ans plus tard… !

Aout 1971… Enfin j’y étais à la Cordée… Mon premier sac de couchage, mes premières chaussures de marche de la Migros à semelles de type  « basketts améliorées »  J’allais enfin VARAPPER, faire de la HAUTE  MONTAGNE… Mots magiques !! Premier après midi à l’ALPI…. ça y est,  je varappe, cela me semble irréel. Apprendre les nœuds sur les grosses cordes  de 13 mm de l’armée , encordement à la taille, personne n’avait de baudrier. Le toucher du rocher, chercher les prises , un jeu nouveau, fantastique…!  

1971,cordée,montagne,récit,course


Au matin du 2eme jour, marche d’entraînement encordés J dans les pierriers  en dessous du « Pilier » pour l’apprentissage de la marche avec anneaux de corde etc. Et soudain le drame, un gros bloc roule et un participant chute gravement sur la tête, inconscient; je me souviens comme si c’était hier : du sang par le nez et les oreilles. Même à 13 ans on sait ce que cela veut dire : Fracture du crâne, ambulance hospitalisation. Aujourd’hui pourle même accident on aurait droit à l’hélico, le médecin d’air Glacier, l’intubation, les perfusions etc. A l’époque 2 ambulanciers en blouses blanches et souliers de ville dans les pierriers faisaient amplement l’affaire !

On était tous un peu refroidi mais on a repris les activités l’après midi, en espérant que notre ami allait s’en sortir !!! Ouf il s’en est bien sortibien par la suite.

Ce fût un séjour de 3 semaines magnifiques, que du beau temps. Le Directeur, Luc Grillet m’impressionnait :  lui c’était le Directeur donc un vrai alpiniste;
Il y avait aussi Jean-Paul Cattin qui m’impressionnait tout autant par son calme et qui savait encourager les novices comme moi.

C’était un camp d’où les filles étaient absentes….. donc que des mecs… Les filles il y en avait eu dans un camp mixte, mais en juillet.

J’avais 12 ans et demi, et j’étais le plus jeune de toute la bande. Le plusléger aussi, un certain avantage sur certains lorsqu’il fallait escalader la fameuse « Face de l’œil » de l’ALPI…
Je me souviens de la fierté qui m’a étreint lorsque je l’ai vaincue, devant desbien plus forts et plus  vieux que moi,  avec mes souliers de la Migros alors qu’eux avaient de vraies chaussures d’alpinisme,  des  « grosses » évidemment !!

Ensuite ce fût un enchaînement enchanteur : la Pointe de Vouasson, et la découverte des glaciers, la cabane Bertol et ses paysages féériques : je découvrais ces paysages glaciaires complètement émerveillé. Le lendemain, l’aiguille de la Tza, où quelques grosses crevasses nécessitèrent des détours, le début de la face où je me suis pris une chute de pierre sur le mollet droit… on n’avait pas de casques à l’époque et le seul moyen d’éviter d’être assommé fût de basculer rapidement le sac de montagne sur la tête lorsque les pierres ont déboulés. Pour ma première course de rocher tu parles d’un baptême !
Moins rigolo fût le retour dans une neige bien molle où par une chaleur torride et bien fatigués on se faisait enguirlander par notre moniteur vu qu’on ne gardait pas la corde bien tendue lorsqu’on zigzaguait dans les crevasses.  Tout ça sans guêtres….. on n’en n’avait pas…. donc beaucoup de neige dans les souliers et des jeans bien mouillés…

Puis ce fût  l’arête de La Petite dent de Veisivi après un bivouac au-dessus des pâturages, grelottant dans un abri de berger en tentant de récupérer la chaleur corporelle de mon voisin.  Je me souviens comme si c’était hier du Grand Gendarme sur lequel j’admirais mon premier de Cordée Jean Paul Cattin;Je crois qu’il n’y avait qu’un piton, tout en haut... quel courage ! Lui avait un casque, je crois qu’il était le seul.

La dernière course, ce fût la grande traversée Arolla-Zermatt.  De nouveau la magie de Bertol où les chaînes remplaçaient les escaliers de maintenant . Au col de Tête BlancheLuc Grillet chef de course était allé faire une petite reconnaissance… décordé… comme en témoignent encore mes photos.  Quelques grosses crevasses au début de la descentesur une neige bien dure et bien portante.On touchait quasi le Cervin et la Dt d’Hérens, c’était magique. Je me souviens de l’interminable descente sous Schoenbiel puis la route caillouteuse et poussiéreuse qui menait à Zermatt.

Une anecdote intéressante, qui ferait bondir les responsablesde J+S actuels et les sévères normes qui régissent maintenant l’encadrement des jeunes. Les trajetsEvolène–Arolla pour partir en course se faisaient toujours en auto-stop, car trop peu de voitures chez les moniteurs. Donc on voyait des groupes de 2 « colons » tout le long du trajet qui levaient le pouce, ça marchait assez bien. Il en fût de même pour le retour depuis Zermatt : auto-stop par groupes de 2. Une journée entière de retour le long des routes de la Vallée de Täsch puis la nationale de la Plaine du Rhône et la longue remontée vers Evolène. L’aventure, c’était aussi cela.

Dernière soirée mémorable,….les chansons etc….. Je me souviens d’un passage d’une de celles-ci. : « ……..sur la route des Haudères ……le grand Butler ……et le petit Waeber…. » Sur la mélodie de la fameuse chanson des Charlots  « Sur la route de Penzac »…..

Butler, c’était le plus grand et le plus âgé de tous, un australien qui aimait bien la bière,avec lequel j’avais fait du stop pour monter à Arolla.  Ça avait fait marrer tout le monde de voir ce « grand » avec ce « petit »  en train de lever le pouce sur le bord de la route….. Et le petit Waeberc’était moi, le plus petit de la bande qui avait été malade comme unchien après avoir bu sa première bière avec des cervelas……

C'était aussi cela la Cordée :  Le « bar » tenu par les côlons dans le chalet d’en haut, les virées au  « Central », la pipe de vieil ours des montagnes que je m’étais offerteet sur laquelle je tirais des bouffées en toussant, les passages et les giclées dans la fontaine du village….

Cette Cordée 1971 fût un mémorable tremplin qui m’a fait aimer la montagne pour toujours …..amour de la montagne transmis également à mes enfants qui y passèrent également de beaux moments dans ces merveilleux chalets.

                                                                                              Jean-Luc Waeber, 27 aout 2012

1971,cordee,montagne

1971,cordée,montagne,récit,course

1971,cordée,montagne,récit,course

1971,cordée,montagne,récit,course

1971,cordée,montagne,récit,course

 

 

 

 

 

 

 

09:50 Publié dans Récits d'Antan 70's | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.