05/03/2013

Camp de poudreuse 2013

En attendant les photos, la Cordée de février partage avec vous cette magnifique semaine de camp.

La Cordée – février 2013 – récit et autres histoires

Samedi 9 février
Eh oui, pour certains la Cordée commence le samedi, voire même avant: l’équipe Benj et Melissa se lance à l’assaut du Mont Migros et la face nord d’Aligro …. sous un ciel magnifique. Où donc être mieux qu’à l’intérieur de supermarchés, chargés comme des mulets !
Arrivés en soirée au chalet, une jolie surprise pour nous aider à monter les commis : Pascal et Martine nous font une visite imprévue et très appréciée. Qu’ils sont lourds les cartons à monter dans la neige ! La nuit est bien silencieuse … comme c’est étrange …


Dimanche 10 février
Au petit matin -19, ciel bleu, neige de rêve…. Benj et Melissa partent commander le pain pour la semaine et se faire plaisir sur les pistes plutôt hors piste d’Evolène. Que des descentes de poudre, non stop, à faire hurler les cuisses. Mais c’est tellement bon que pas envie d’arrêter ! Pourtant l’heure fatidique pointe son nez, et on repart pour le chalet, préparer les lasagnes. Benj avec des goggles pour couper les oignons, essaye désespérément de faire de meilleures lasagnes (à la viande) que Melissa, qui, avec ses lasagnes chèvre épinards ne craint pas la concurrence ;-)
En attendant les colons … le cortège du carnaval … Mais pourquoi bon dieu est-ce que les peluches sont tellement attirées par la plus petite ? Brr qu’ils sont poilus et sentent la bête…
Et à 16h, la tranquillité prend soudain fin, avec l’arrivée des 2 bus (conduits par Sara et Sylvain) et remplis de 16 jeunes.
Tibault, Vic, Maëlle, François, Oscar, Mathieu, Lluna, Clem, Monica, Myriam, Eva, Arturo, Lucie, Déborah, Noémie et Julie. Des visages connus, qui reviennent, des enfants d’amis, des visages nouveaux … les sacs, les skis, les chaussures, les sourires, tout arrive en même temps dans un chaos bien sympa. Fabian et Adrien, nos guides pour la semaine, viennent également compléter cette belle équipe. Le programme de la soirée : installation (les filles en haut !!!), goûter, discours, apaches, repas, distribution matériel de sécurité et jeux de présentation.

Lundi 11 février
Equipe service à 6h30, ACDC à 7h, et le petit déjeuner est servi. Départ pour la Pointe de Mandelon, 1000m de dénivelé comme mise en jambe pour la semaine. Il y en a 4 qui n’ont jamais – ou une seule fois – fait de la peau. Découverte du matériel et de nouvelles sensations. Jour blanc, ambiance colorée, neige de rêve. A la descente, vers l’alpage, 3 groupes sont formés pour faire des exercices DVA, pelletage, sondage … super intéressant, malgré les flocons qui tombent. Certains, comme Mathieu, passent décidément plus de temps dans la neige que sur celle-ci, même sans chercher les DVA ;-). Merci à Adrien, Fabian et Sylvain pour leurs patience et explications.
Vite, la course à la douche (les nouveaux n’ont pas encore compris les astuces …. brrr qu’elle devient froide l’eau !). Melissa s’en va chercher le sel et à nouveau rencontre une peluche égarée qui lui fait des gros yeux. On devrait proposer que le carnaval change de date !
Sylvain au fourneau pour son bientôt traditionnel curry. Le soir : thème montagne et avalanches, discussion sur l’exercice de l’après-midi, et explication sur le (nouveau) bulletin d’avalanches.

Mardi 12 février
Jour blanc, il a neigé toute la nuit et neigeote pour la monté au col de Bréona, environ 1'200 m de dénivelé. Certaines souffrent la torture mais tiennent bon, une force de volonté du diable ! Et soudain, comme pour nous féliciter, un immense ciel bleu prend sa place. Mais au col le temps se bouche, et la descente se fait dans le brouillard. Toujours une neige de rêve et une meute de jambes qui sautent, « zig-zaguent » entre les arbres, font de magnifiques wedze (tiens Sara, je l’ai placé ;-)). Puis l’orientation change et la neige devient bien croutonnée.
Comme c’est Mardi Gras, les colons, exceptionnellement, ont le droit de sortir quelques heures au village, se frotter (ou pas) aux peluches. Et les monos font le service (cherchez l’erreur !). Il semblerait que Noémie a tellement intimidé une peluche que cette dernière s’est bien étalée dans la neige. A 19h tout le monde est de retour pour manger et une soirée jeu bien excitée.

Mercredi 13 février
Depuis Trogne, sous un ciel tout bleu et très froid, départ pour la cabane des Becs de Bosson (eh oui, les guides ont eu la tache ardue de convaincre Melissa qu’une cabane non gardée par ces froids intenses serait bien moins confortable que la cabane des Becs, gardée). Et c’est partit pour 1'400m de dénivelé, sous un magnifique soleil. Le picnic se fait devant un joli remointze à la Samivel – blotti là comme s’il nous attendait - dans la bonne humeur, avec le saucisson, les oeufs, le pain et le fromage qui volent pour atterrir sur les genoux des affamés. Une sacrée longue montée … bravo !
La cabane est vraiment belle avec une vue magnifique. Certains y restent, d’autres construisent un jump (Lucie et François sont déterminés de faire un 360°), et d’autres encore montent à la pointe de Tsavolyre, histoire de faire 1’600m de dénivelé. Mais surtout une descente à pleurer de bonheur. Sylvain et Benj partent sur un autre versant, histoire de se rajouter quelques centaines de mètres de descente (et montée donc…). L’accueil du gardien Thierry redonne confiance que la race des gardiens sympa existe toujours ! Quel luxe de pouvoir profiter jusqu’à la fin de l’après-midi, sans devoir faire fondre de la neige et chauffer un refuge (souvenir souvenir…). Le repas est délicieux. Et la soirée sympa. Les moniteurs et guides apprennent les subtilités de partir avec une Cordée principalement féminine. Que de rires.

Jeudi 14 février
Bon anniversaire Eva ! Un magnifique lever de soleil comme k-do, quelques courageuses font des salutations au soleil et du Qi Gong devant la baie vitrée pour saluer le jour puis le départ de la cabane, qui commence par une descente dans une poudreuse de rêve (oui je sais, j’écris toujours la même chose !!! mais c’était comme ça  vraiment ). Il n’y a aucune trace (avant notre passage). Le paysage est grandiose, tout vallonné, entouré de sommets et de cols ; à nouveau on ne peut que penser à Samivel.
La troupe monte au col sans nom, puis descente dans une solitude immense, pour remettre les peaux et remonter au col Torrent. Une sacrée ambiance pour le pic nic, puis la descente sur la Sage. A pied jusqu’à la route, du stop pour aller chercher les bus, et les colons en car postal pour courir à la douche. Le soir, gâteau d’anniversaire super bon, et moment de voyage, en Amérique latine en vélo avec Sylvain.

Vendredi 15 février
Il neige le matin. Les jeunes sont – enfin ! – un peu fatigué. On part depuis la Gouille direction cabane des Aiguilles Rouges, montée très belle, même dans le brouillard. Un chamois peine à marcher, de la neige fraîche jusqu’au ventre. Le temps est tellement mauvais qu’on se réfugie dans la cabane, bien plus froide que l’extérieur, mais à l’abri du vent. Melissa est toute contente d’avoir sa cabane non gardée, même si uniquement pour une pause ;-) Le picnic, le gâteau de Benj, les jeux, les chansons, Adrien qui découvre les joies de la vache folle, bref, un moment sympa avant de réaffronter le froid. Les guides nous encouragent à monter encore un peu, jusqu’au col sous le Mont de l’Etoile, et ils ont raison – la poudre est de nouveau un rêve – on flotte. Même Vic n’a plus envie de tuer quelqu’un ;-)
Le soir …. Quoi ? c’est déjà vendredi :-( Alors on doit ranger … mais comme c’est dur sans envie ! Les monos (masculins) et les guides font (ou essayent de faire) la fondue, avec parfois un peu de difficulté. Le traditionnel bilan, où chacun s’exprime, jeunes et moins jeunes compris, puis la nouvelle que l’année prochaine ce sera Sara la directrice … les feux d’artifice, et les magnifiques mots des colons pour dire merci à l’une et bonne chance à l’autre.
Et à minuit, au loin, les monos fatigués entendent un « joyeux anniversaire François », qui fête ses 15 ans.

Samedi 16 février
Que la semaine a passé vite !!! Les derniers rangements sont faits. L’équipe est fatiguée, le ciel est magnifique, on prend les remontées d’Arolla, puis les peaux jusqu’au pas de Chèvre (Clem oublie ses peaux, mais avec son sourire on lui pardonne tout). Photo de groupe au sommet (pour une fois qu’il y a quelqu’un d’autre ! et une descente de …. Devinez !
Le pot du départ se fait sur une jolie terrasse, pour bien se dire au revoir avec Tibault philosophe et poète à ses heures, qui a toujours LE mot qu’il fallait : « SANTE aux anciens, aux nouveaux, aux actuels et à Melissa »
Et mon dernier mot pour cette Cordée : heureusement que j’ai des lunettes de soleil quand je reçois la carte que tous ont signé …. Comme vos mots m’ont touchés…

Merci à vous toutes et tous d’avoir rendu cette semaine possible, et de faire que la Cordée existe.

20.02.2013

NB. Les inscriptions pour les deux camps de cet été sont ouvertes depuis le 1er mars. Http://www.cordee.ch

cordee,poudreuse,2013,camp,ski,evolene,evolène

08:30 Publié dans Récits des années 2000 | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.