09/06/2018

1971 - souvenir d'un participant

Ce fût un séjour de 3 semaines magnifiques, que du beau temps. Le Directeur, Luc Grillet m’impressionnait :  lui c’était le Directeur donc un vrai alpiniste ; Il y avait aussi Jean-Paul Cattin qui m’impressionnait tout autant par son calme et qui savait encourager les novices comme moi.
C’était un camp d’où les filles étaient absentes….. donc que des mecs…Les filles il y en avait eu dans un camp mixte,  mais en juillet. ….
J’avais 12 ans et demi, et j’étais le plus jeune de toute la bande. Le plus  léger aussi… un certain avantage sur certains lorsqu’il fallait escalader la fameuse « Face de l’œil » de l’ALPI…je me souviens de la fierté qui m’a étreint lorsque je l’ai vaincue, devant des  bien plus forts et plus  vieux que moi,  avec mes souliers de la Migros alors qu’eux avaient de vraies chaussures d’alpinisme,  des  «  grosses » évidemment !!

1971, cordée, récit, course, haute montagne

Ensuite ce fût un enchaînement enchanteur : la Pointe de Vouasson, et la découverte des glaciers, la cabane Bertol et ses paysages féériques : je découvrais ces paysages glaciaires complètement émerveillé. Le lendemain, l’aiguille de la Tza, où quelques grosses crevasses nécessitèrent des détours, le début de la face où je me suis pris une chute de pierre sur le mollet droit… on n’avait pas de casques à l’époque et le seul moyen d’éviter d’être assommé fût de basculer rapidement le sac de montagne sur la tête lorsque les pierres ont déboulés. Pour ma première course de rocher tu parles d’un baptême….
Moins rigolo fût le retour dans une neige bien molle où par une chaleur torride et bien fatigués on se faisait enguirlander par notre moniteur vu qu’on ne gardait pas la corde bien tendue lorsqu’on zigzaguait dans les crevasses.  Tout ça sans guêtres….. on n’en n’avait pas…. donc beaucoup de neige dans les souliers et des jeans bien mouillés…
Puis ce fût  l’ arête de La Petite dent de Veisivi après un bivouac au- dessus des pâturages, grelottant dans un abri de berger en tentant de récupérer la chaleur corporelle de mon voisin.  Je me souviens comme si c’était hier du Grand Gendarme sur lequel j’admirais mon premier de Cordée Jean Paul Cattin ;  Je crois qu’il n’y avait qu’un piton, tout en haut….. quel courage…..Lui avait un casque, je crois qu’il était le seul….

1971, cordée, récit, course, haute montagne 

1971, cordée, récit, course, haute montagne

1971, cordée, récit, course, haute montagne

La dernière course, ce fût la grande traversée Arolla-Zermatt.  De nouveau la magie de Bertol où les chaînes remplaçaient les escaliers de maintenant . Au col de Tête Blanche  Luc Grillet chef de course était allé faire une petite reconnaissance…. décordé….comme en témoignent encore mes photos . 

1971, cordée, récit, course, haute montagne


Quelques grosses crevasses au début de la descente  sur une neige bien dure et bien portante.  On touchait quasi le Cervin et la Dt d’Hérens, c’était magique . Je me souviens de l’interminable descente sous Schoenbiel puis la route caillouteuse et poussiéreuse qui menait à Zermatt.

Cette Cordée 1971 fût un mémorable tremplin qui m’a fait aimer la montagne pour toujours …amour de la montagne transmis également à mes enfants qui y passèrent aussi de beaux moments dans ces merveilleux chalets.

Jean-Luc Waeber

09:00 Publié dans La montagne, Récits d'Antan 70's | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | |  Facebook

15/01/2015

Photos de 1975

Voici quelques photos des camps d'été de 1975. Merci à M. Jacques Jenny pour le partage de ses souvenirs d'antan.

Cordee_19750015.jpg

Les camps de La Cordée sont une belle et longue histoire, de plus de 62 ans ! Si vous avez entre 14 et 17 ans et que vous souhaitez découvrir la montagne, il reste quelques places disponibles pour le camp de poudreuse de février.

Inscrivez-vous vite !

 

16:12 Publié dans Récits d'Antan 70's | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | |  Facebook

18/02/2013

1978 - quelques photos

Une ancienne participante des camps de La Cordée, partage avec nous, ces quelques photos de juillet 1978.

Merci à Florence Raimondi pour ses clichés.

08:15 Publié dans Récits d'Antan 70's | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | |  Facebook

30/08/2012

1971 - Souvenirs d'un participant

Quelques souvenirs du camp d’aout 1971... 41 ans plus tard… !

Aout 1971… Enfin j’y étais à la Cordée… Mon premier sac de couchage, mes premières chaussures de marche de la Migros à semelles de type  « basketts améliorées »  J’allais enfin VARAPPER, faire de la HAUTE  MONTAGNE… Mots magiques !! Premier après midi à l’ALPI…. ça y est,  je varappe, cela me semble irréel. Apprendre les nœuds sur les grosses cordes  de 13 mm de l’armée , encordement à la taille, personne n’avait de baudrier. Le toucher du rocher, chercher les prises , un jeu nouveau, fantastique…!  

1971,cordée,montagne,récit,course

Lire la suite

09:50 Publié dans Récits d'Antan 70's | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | |  Facebook

27/07/2012

Quelques photos de 1976

Voici quelques clichés des camps qui ont eu lieu en 1976 :

76-10.jpg

Merci à Yvon Brun pour ces magnifiques souvenirs.

12:30 Publié dans Récits d'Antan 70's | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | |  Facebook

26/07/2012

Quelques photos de 1974

Voici quelques clichés des camps qui ont eu lieu en 1974 :

74-01.jpg
Merci à Yvon Brun d'avoir retrouvé ces quelques photos.

09:53 Publié dans Récits d'Antan 70's | Commentaires (1) |  Imprimer | | | | |  Facebook

09/05/2012

1977 - Journal du camp d'août

« REMOULURE MATIN N°3 » du vendredi 12 août 1977 au mardi 16 août 1977

Revue des chiens écrasés :
- A la suite d’un séminaire nocturne au bar le central, quatre moniteurs et une participante ont été atteinte d’une violente Gaspoz-entérite.

- Une cordée d’une dizaine de personnes est restée bloquée à l’aiguille de Satarma. Moralité : quand le temps est mauvais et que tu pars en course, veisivite !

Lire la suite

07:00 Publié dans Récits d'Antan 70's | Commentaires (1) |  Imprimer | | | | |  Facebook

25/03/2012

1978 - Extrait du journal du camp « Le Gras-Thon » - 3

Evolène, le 16.8.78

La mascotte de Camembertol a franchi son record d’altitude.

En effet, « Caramel » (le lapin en peluche d’âne claire) ; bien assis dans son cacolet, il à gravis le pigne d’Arolla. Au sommet (3796m),un américain lui à même fait fouler le sol.
Il a donc inévitablement été enneigé et par conséquent enrhumé !

12:02 Publié dans Récits d'Antan 70's | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | |  Facebook

24/03/2012

1978 - Extrait du journal du camp « Le Gras-Thon » - 2

Evolène, le 16.8.78

Avis au Directeur

En effet, la tradition de la Cordée est morte.
Pas plus tard que ce matin, un jeune cordéen du nom de Jean-Paul Gachet étant arrivé en retard au repas matinal à refusé formellement devant toute la foule déjà à table de chanter une chanson. ( parmi cette foule, on pouvait remarquer monsieur le directeur, « l’homme au nez », ainsi que tout ses adjoints et collègues).
Nous sommes dans une époque de relâche et de fatigue où le directeur laisse passer des choses inadmissible. Il serait bon pour tous qu’il se reprenne et qu’il fasse chanter l’homme en question vendredi soir devant la même foule qui était là pour l’écouter. Ainsi la tradition renaîtrait et on pourrait remarquer de jeunes idoles qui n’ont pas encore fait leur preuve.
Le peuple en révolte

12:00 Publié dans Récits d'Antan 70's | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | |  Facebook

23/03/2012

1978 - Extrait du journal du camp « Le Gras-Thon »

Evolène, le 16.08.1978

19h15 sauvetage spectaculaire de deux guides. L’un des guides s’explique sur ce qui fut, à l’avis de tous, y compris la population locale, de la faune étrangère et des habitants du Clos du Doubs, comme le sauvetage le plus rapide de la région.

Les deux guides, Antoine Fabre et Etienne Kummer, chevronnés des grandes plaines, partirent du chalet de la cordée, lieu de pèlerinage de grands noms de l’alpinisme et de quelques curés à la recherche d’un trône stable dans notre monde pourtant si bouleversé. Bref, leur traversée par la voie dite « du milieu du village » se passe sans encombre parmi les décombres.

Ce n’est qu’après s’être restauré au sympathique refuge « Le central » que tout se gâta. Autant du point de vue temps bien sûr qui s’avère trop orageux et qui passe de plus en plus vite. Nos deux guides au contact du blanc qui descend presque aussi rapidement que l’avalanche prirent peur. « si cela tombe à flot, nous aurons des difficultés avec toutes ces goulottes à descendre ».
La très charmante et toujours jeune gardienne, Raymonde pour les guides intimes ainsi que pour la population montagnarde anodine alerta les secours.

Il va sans dire que l’équipe des guides de remplacement mis au banc d’essai pour la circonstance, s’organise aussi vite qu’il faut pour l’écrire. Ils ne passèrent pas inaperçu entre monts et fumiers et c’est vers 19h38 qu’ils arrivèrent au refuge central encordés, casqués, verrouillés, un tout bizard pour le non-averti. La gardienne sert le lait chaud de la maison à nos sauveteurs, 1 litre de blanc frais de la vallée ce qui réjouit tout le monde, y compris le chef de la colonne de secours Jean-Paul Cattin et ses deux acolytes pas encore alcooliques, Jean-François Laincomplet et Claude Barman.

Dehors la tempête s’apaisa. L’hélicoptère  de la société Leyland, amarré comme un navire à de nombreux piolets qui ressemblaient plutôt  à une grille d’égout pu être remis en état de marche et non d’ébriété. Les deux guides chevronnés tiennent encore à remercier tout le monde pour la sympathie et télépathie temoignée lors de ce sauvetage. Les absents ont eu tort de ne pas participer comme toujours. Une histoire qui se termine bien…. salutations distinguées.         
Etienne K.
Antoine F.

16:57 Publié dans Récits d'Antan 70's | Commentaires (0) |  Imprimer | | | | |  Facebook